INTERVIEW KEDGE MARSEILLE

PGE

Nom de l’UP : Wits University

Étudiante : Suzanne DASTE

 

INTRODUCTION

Présente-toi et présente-nous ton université partenaire en quelques lignes.

Je suis en Master 2 en parcours en apprentissage. Je suis partie lors du 1er trimestre de master 2 en Afrique du Sud pendant 3 mois, temps qui m’était octroyé pour aller à l’étranger dans le cadre de mon cursus en apprentissage. J’étais dans l’une des meilleures africaines située à Johannesburg où je suivais le programme dispensé aux MBA. Il y a dans cette université de nombreux étudiants étrangers.

Pourquoi un échange universitaire et pourquoi cette université ?

J’ai pris échange université pour valider expérience à l’international ce qui correspondait aux demandes de la société général, société dans laquelle j’effectue mon apprentissage. Je souhaitais également aller le plus loin possible, loin des sentiers battus et dans un pays anglophone pour améliorer mon anglais.

Comment s’est passée ton arrivée ? As-tu eu une journée d’intégration ?

Je suis arrivée en même temps qu’une autre française étudiante elle aussi à Kedge Bordeaux. L’université avait embauché un taxi pour venir nous chercher et j’ai été accueillie sur place par les étudiants étrangers, déjà présents sur le campus. L’enseignante pour les étudiants en Doctorat nous avait alors à notre arrivé présenté à tous les autres étudiants également en échange.

CAMPUS

Qu’as-tu pensé de ton campus ? Quelles infrastructures étaient à ta disposition ?

Le campus est top avec pleins de services à notre disposition. Nous avions sur le campus une piscine, salle de sport, terrain de tennis. De plus les étudiants étrangers vivaient directement sur le campus dans des maisons où chacun avait sa chambre.

Comment s’est passée ta recherche de logement ? (Recherches sur internet, aide de l’université, agence immobilière)

Du coup, l’université nous a mis à disposition une chambre dans une des maisons situées sur le campus.  Pas besoin de rechercher un logement ! Tu as directement une maison quand tu es étudiant de Kedge en échange dans cette université avec une chambre. Nous étions 8 étudiants étrangers dans chaque maison. J’ai payé environ 900 euros pour les 3 mois où je suis restée et internet était compris dans le loyer.

Où conseillerais-tu de se loger et quels endroits à éviter ?

Sandton et Rosebank sont des quartiers très sympas et très étudiants. Il faut éviter le centre historique pour se loger.

COURS

Y-a-t-il un large choix de cours ?

Oui, mais l’on ne peut pas suivre plus de 3 mois de cours en Afrique du Sud via Kedge ce qui limite les choix de cours environ 15 cours sont disponibles et on doit en choisir 4 parmi les 15 cours.

Qu’as-tu pensé des méthodes d’enseignement ? As-tu noté une différence par rapport aux cours enseignés à Kedge BS ?

Cela ressemblait à Kedge il y avait des intervenants, des chercheurs. Les cours sont un peu selon la méthode anglosaxonne où il y a beaucoup d’interactions entre les étudiants et l’enseignant. La plupart des travaux à rendre se font en groupe.

Combien d’heures de cours avais-tu en moyenne par semaine ?

Cela dépend, soit j’avais cours de 9h à 16h soit de 17h à 20h. Parfois, je n’avais pas cours pendant 1 semaine.

Les professeurs sont-t-il disponibles pour répondre aux questions ?

 Oui, ils sont assez disponibles pour répondre à nos questions.

Quels enseignements as-tu le plus apprécié et pourquoi ?

J’ai beaucoup apprécié le cours « Business In Africa » qui traitait des théories et questions tels que :  Comment entreprendre ? Comment investir en Afrique ? On a pu faire pas mal de recherches documentaires et visiter des entreprises de Johannesburg tournées vers l’entreprenariat social.

VIE ETUDIANTE

Comment s’organise ta vie étudiante sur place ? Est-ce facile de s’intégrer ?

La majorité des étudiants étrangers vivent dans des maisons situées sur le campus où chacun a une chambre ce qui facilite les échanges entre les étudiants.  Il est vraiment très facile de s’intégrer et les gens sont vraiment sympathiques !

Quelle langue utilisais-tu le plus pour communiquer ?

En anglais majoritairement. Il faut noter qu’il existe en Afrique du Sud 12 langues qui sont parlées, les gens alternent souvent entre les langues.

Est-il nécessaire d’avoir une bonne maîtrise de la langue ?

Pas nécessaire d’avoir un bon niveau en anglais là-bas pour être à l’aise.  Je n’avais pas spécialement un super niveau avant de partir et je m’en suis très bien sortie à l’oral.

ENVIRONNEMENT

L’université est-elle bien desservie par les transports en commun ?

La ville n’a pas de transports en commun. Il y a un train qui fait 3-4 stations. Mais tout le temps, les gens se déplacent en voiture ou en taxis.

Que peux-tu nous dire sur les habitants, la culture du pays ?

Les personnes sont très sympathiques. Les gens sont très accueillants, très courageux. Il y a de très fortes inégalités. Il y a 10% de blancs, 90 % de noirs en Afrique du Sud. L’apartheid a selon moi encore des stigmates dans la société sud-africaine d’aujourd’hui. Les sud-africains sont aussi très solidaires.

Quels sont les évènements incontournables ?

A Johannesburg tous les dimanches il y a des marchés dans des endroits précis où tu peux acheter de la nourriture typique et également plein de marchés artisanaux (bijoux, vêtements). En Octobre j’ai fait le festival Oppikopi que je recommande qui est un festival de musique électro situé dans le Nord du pays.

COUT DE LA VIE

Quel budget faut-il pour vivre correctement dans ce pays ?

On vit correctement avec environ 400 euros par mois de dépenses.

Quelles étaient le montant de tes dépenses en moyenne par mois ?

J’ai payé 300 euros par mois de loyer et environ 30 euros de transports par mois et 100 euros par mois pour la nourriture. Les restaurants ne sont pas chers, tu peux bien manger pour 5 euros !

Que penses-tu du coût de la vie là-bas comparé à celui de la France ?

Le coût de la vie en Afrique du Sud est faible comparée à celui de la France.

 

As-tu bénéficié d’une bourse ou d’une aide financière pour ton échange ?

Non car les étudiants comme moi en apprentissage ne peuvent bénéficier de bourses mais il existe la bourse « Aquinob », celle du campus de Bordeaux. Tu perçois 1000 euros après avoir envoyé et rempli un dossier ne dépendant pas de critères sociaux.

Qu’est-ce que tu as le plus apprécié ?

Ce que j’ai le plus apprécié, ce sont les gens qui sont très chaleureux. Les boites de nuit sont incroyables là-bas, il y a une super ambiance et de la bonne musique. 

As-tu eu des déceptions et des surprises ? Si oui, lesquels ?

Je n’ai pas le souvenir d’avoir eu de surprises là-bas.  J’ai découvert un pays où tu n’as pas vraiment de patrimoine comme on peut avoir en France car c’est une ville très récente avec peu de monuments anciens ce qui m’a un peu déçu. J’ai regretté le manque d’espace où l’on peut circuler à pied et pas seulement en voiture ou taxi, il y a que des rocades, presque rien ne se fait à pied.

CONSEILS, AVIS ET BONS PLANS

Quels derniers conseils donnerais-tu aux futurs étudiants qui partiront avec cet échange ?

Je leur dirais de profiter de l’Afrique du Sud et d’aller comme je l’ai fait en Namibie c’est vraiment magnifique.

CONCLUSION

 

Qu’est-ce que t’as appris cet échange ?

Cet échange m’a rendu plus encore plus ouverte sur le monde. La pauvreté dont souffre le pays a renforcé ma détermination à envisager la pauvreté comme un problème global et pas seulement propre à un pays.  J’ai appris énormément aussi sur la situation en Afrique en percevant mieux la situation économique de certains habitants qui manquent de dignité à cause de leur pauvreté et cela a renforcé mes convictions sur le bien-fondé de la solidarité internationale.

Recommanderais-tu cette expérience à un autre étudiant ?

Oui totalement ! C’était une très bonne expérience.  Je peux vous assurer que lorsqu’ on a séjourné là-bas, on a envie d’y retourner !

Please reload

  • Facebook Social Icon