• Facebook Social Icon

INTERVIEW KEDGE BORDEAUX

Programme PGE 

Nom de l'UP : Universidad de los Andes

 

Étudiant : Sylvain RODDE

INTRODUCTION

Présente-toi et présente nous ton université partenaire en quelques lignes.

Je m’appelle Sylvain, je suis de la promo 2014 et aujourd’hui en poste dans le domaine des ressources humaines. Je suis entré à Kedge en 2011 en PGE.

En 2014 j’ai choisi de partir en échange universitaire à l’Université des Andes de Bogota en Colombie. L’Université des Andes est la meilleure du pays et l’une des premières d’Amérique Latine. Elle est située à proximité du centre historique de Bogota et propose de nombreux parcours de formation : architecture, médecine, ingénierie civile, lettres… et aussi administration des entreprises, domaine dans lequel j’étais inscrit.

Les infrastructures sont très modernes et tout y est : bibliothèques, salles multimédia, salles de concert / théâtre, restaurants et aussi un énorme centre sportif en libre accès pour tous les étudiants avec piscines, courts de tennis, vélos, machines de musculation, salles de squash … La plupart des universités / écoles françaises ne disposent pas des infrastructures de Los Andes.

Pourquoi un échange universitaire et pourquoi cette université ? 

Je voulais en quelque sorte accomplir un rêve de gosse en allant vivre et voyager quelques mois en Amérique du Sud. Pour ça, un échange universitaire me paressait être la meilleure solution : finir ses études sans trop de problèmes, se mêler aux locaux, prendre le temps de découvrir le pays.

Ayant fait ma césure dans une entreprise implantée en Colombie, j’avais beaucoup entendu parler de ce pays, de son développement intense et de toutes ses richesses. On est bien loin des clichés sur les narcos et les FARC, Pablo Escobar est mort depuis 20 ans et le cartel de Medellin avec lui et les FARC sont au fin fond de la jungle colombienne, donc pas très menaçantes pour un étudiant en échange ! Los Andes étant la seule Université Partenaire en Colombie, je n’ai pas tellement eu le choix de la ville et j’ai vraiment choisi le pays.

Comment s’est passée l’organisation de ton départ ? (Partie administrative, VISA, billet d’avion, …)

L’administration de Los Andes a été hyper disponible tout au long de la préparation et a su répondre rapidement à toutes mes questions à chaque fois que cela a été nécessaire. Les procédures n’ont pas été très complexes au niveau de l’inscription à l’Université.

Par la suite l’inscription aux cours s’est faite avant mon départ en Colombie, même si, une fois sur place, il est toujours possible de modifier son agenda pendant 15 jours et ajouter/supprimer des cours.

Je n’ai pas eu de mal non plus à trouver un logement, il n’y a pas de cité étudiante sur place mais l’Université m’avait fourni les coordonnées de plusieurs dizaines de propriétaires louant des appartements/chambres autour de Los Andes. J’en ai contacté plusieurs par mail et ai choisi celui qui m’a paru le plus sympa ! Ce qu’il faut aussi savoir c’est que les propriétaires ne vous prendront pas la tête avec les documents / formalités administratives, un simple accord de principe suffit pour devenir locataire ! Pensez tout de même à demander à votre futur propriétaire un mail récapitulatif pour fixer les termes de l’engagement.

Le VISA pour la Colombie en tant qu’étudiant est très facile à obtenir si vous partez uniquement pour un semestre. Il suffit de se présenter à l’immigration à votre arrivée à l’aéroport avec votre lettre d’acceptation de l’université, les douaniers vous donneront alors un VISA étudiant pour 90 jours que vous pourrez renouveler une fois auprès de Migración Colombia. Vous n’aurez rien à payer pour le VISA initial mais devrez payer environ 60€ pour le renouvellement.

Par ailleurs il a été nécessaire pour préparer mon départ, de préparer également mon retour. En effet, pour pouvoir embarquer vers la Colombie, il est indispensable d’avoir également un billet de sortie du pays.

D’un point de vue pratique, on m’avait déjà conseillé sur la valise à préparer pour partir à Bogota, ville où l’on dit que l’on peut avoir les 4 saisons en une journée ! En effet, le temps est extrêmement changeant et assez froid vu l’altitude de la ville (2600 mètres). De plus, on m’avait aussi dit que les systèmes de chauffage sont assez rares, alors il est fondamental de ne pas oublier des pulls bien épais ! Par contre en voyageant un peu dans le pays, on se rend compte que la météo peut ne pas du tout être la même : sur la côte caribéenne, il fait 40°C toute l’année !

Comment s’est passée ton arrivée ? L’université avait-elle prévu ton accueil ?

Il n’y avait pas d’accueil particulier de la part de l’Université à mon arrivée à l’aéroport. Je me suis donc dirigé directement vers l’appartement que j’avais trouvé avant de partir.

Après cela, le lendemain, les étudiants étrangers étaient invités pour 3 jours d’intégration / cohésion / découverte du campus.

 

CAMPUS

Qu’as-tu pensé de ton campus et quelle est la chose qui t’a le plus marqué ? (Taille, localisation, nombre d’étudiants sur le campus, …)

Le campus dispose de très bonnes infrastructures, proche du centre historique de Bogota (Candelaria) et de très bons enseignants. Rien à dire sur le campus, si ce n’est qu’il est vraiment de très grande qualité.

 

LOGEMENT

 

Où habitais-tu et qu’en as-tu pensé ? (Logement et quartier)

J’habitais dans le quartier de la Candelaria, le centre historique de Bogota, à deux pas du palais présidentiel et de la Plaza Bolivar. Pour l’anecdote, j’ai récemment pu voir la rue où j’habitais à Bogota dans le deuxième épisode de la première saison de Narcos, sur une scène d’enlèvement (très bonne série !). La Candelaria c’est le poumon historique et culturel de Bogota, un super quartier qui vaut vraiment le détour et qui est une super option pour vivre, à peine 15 minutes à pied de Los Andes.

Quels sont les conseils ou remarques que tu donnerais concernant le logement ? Y a-t-il des zones sensibles à éviter ? Avais-tu un couvre-feu ?

Il ne faudra pas être très surpris par le manque de chauffage à Bogota, c’est quelque chose de très rare dans les appartements, même chez les personnes les plus aisées. Frileux s’abstenir de fait !

Bogota restant une ville où la délinquance est encore assez importante, il est préférable d’être vigilant sur les quartiers où vivre. L’Université pourra vous conseiller là-dessus mais d’une façon générale, les quartiers de la Candelaria et de Chapinero sont des bonnes options et à proximité de Los Andes.

Il n’y avait pas de couvre-feu, cependant, là encore, il faut tout de même rester vigilant et éviter de se promener seul en pleine nuit. Il faut appeler systématiquement des taxis pour rentrer, d’autant plus que ça ne coûte vraiment pas cher !

 

COURS

 

Concernant les cours, y a-t-il un large choix ?

Oui, bonne variété, il doit y avoir une cinquantaine de cours ouverts aux étrangers et cela va de l’économie, au marketing, en passant par les statistiques, la stratégie ou le développement durable.

Qu’as-tu pensé des méthodes d’enseignement ? As-tu noté une différence par rapport aux cours dispensés à KEDGE BS ?

Méthodes assez différentes de ce qu’on connaît. Méthodes à l’américaine où il faut beaucoup préparer / travailler en dehors des cours avec de la réflexion sur des articles que l’on revoit en cours. Le professeur est alors là uniquement pour éclairer, approfondir les sujets. Les cours sont plutôt vivants et la participation est souvent intégrée dans la notation finale du cours.

Que penses-tu de la charge de travail ? Etait-elle importante ? Combien d’heures de cours avais-tu en moyenne par semaine ?

Charge de travail importante, voire très importante pour certains cours du fait des méthodes d’enseignement. Par contre il y avait peu de cours en présentiel, 15 heures par semaine pour moi.

Quelle était la fréquence des examens ? Toutes les semaines ? Tous les mois ? Tous les trimestres ?     

C’était assez aléatoire mais de manière générale, il y aura un examen final à la fin de chaque cours dont la pondération est très variable suivant les professeurs. Il y aura aussi systématiquement des devoirs à rendre comptant pour la note finale au cours de la séquence.

Les professeurs sont-ils facilement accessibles pour poser des questions ?

Les professeurs sont très accessibles à chaque fin de cours, certains peuvent rester encore une heure dans la salle pour répondre à toutes les questions ! Ils répondent également facilement par mail. Le tutoiement est également de rigueur.

Y a-t-il des cours qui t’ont particulièrement plu ?

Oui, j’ai bien apprécié un cours d’économie générale et un cours de management.

 

VIE ÉTUDIANTE

 

Comment s’organise ta vie étudiante sur place ? Comment t’es-tu intégré ?

Bonne intégration avec les étudiants locaux qui m’ont de suite mis à l’aise et intégré parmi eux que ce soit en cours ou en dehors. Les nombreux travaux de groupe où colombiens et étrangers travaillent ensemble participent aussi beaucoup à fortifier les liens, d’autant plus que vous resterez avec les mêmes personnes sur plusieurs mois voire pour plusieurs cours.

Que peux-tu nous dire sur les associations étudiantes ?

Il n’y a pas autant d’associations différentes qu’en France mais certaines sont assez actives pour organiser des soirées à Bogota ou des voyages pour vous faire découvrir la Colombie.

Peux-tu nous décrire une semaine type de ton échange ?

J’ai passé 6 mois en échange mais une semaine type n’a rien à voir entre les 3 premiers mois et les 3 suivants.

Je m’étais organisé de façon à avoir tous mes cours sur une courte période et ainsi profiter ensuite un maximum pour voyager sur une longue période. Ainsi, de juillet à septembre, mes semaines étaient essentiellement consacrées à travailler car nous avions beaucoup de travaux ou de préparation en dehors des cours. Pas vraiment le temps de voir autre chose que Bogota, même le week end.

Ensuite, d’octobre à décembre, j’ai passé mon temps à voyager à travers la Colombie et l’Amérique Latine au sens large puisque j’ai passé plusieurs semaines en Argentine, au Chili ou à Cuba.

 

ENVIRONNEMENT

 

Est-ce-que les locaux parlent anglais ? (50% ? 10% de la population ?)

Je ne sais pas vraiment. La langue de rigueur étant l’espagnol et moi-même détestant la langue de Shakespeare, je n’ai quasiment pas dit un mot en anglais de tout mon échange. De plus, tous mes cours étaient en espagnol. Même entre étudiants étrangers, la langue de rigueur reste l’espagnol (même les étudiants US faisaient l’effort :p).

Avais-tu pris des cours de langue ? Etait-ce nécessaire ?

Je suis parti avec un niveau correct en espagnol et n’ai pas senti le besoin de suivre des cours de langue en plus pour suivre les cours / assurer au quotidien. Cependant cela est possible, l’université le propose à ceux qui le souhaitent. Des cours d’anglais peuvent aussi être dispensés.

Si vous partez avec un niveau d’espagnol moyen, je pense qu’il est préférable d’en prendre, notamment à cause des accents colombiens assez différents de l’espagnol classique et de certaines expressions / tournures de phrases assez locales.

Quel temps faisait-il ? 

Bogota c’est la ville aux 4 saisons en une journée. Impossible le matin de savoir comment il va falloir vous habiller car un grand soleil peut se transformer en une pluie glaciale une heure plus tard.

Il ne faut pas oublier que l’on est à 2600 mètres d’altitude donc, il y a beaucoup de caprices au niveau climatique mais de manière générale, c’est une ville assez froide. La nuit tombe également très vite, à 18h, il fait nuit noire !

Par contre si vous allez dans des régions plus tropicales de la Colombie (Santa Marta, Cartagena, Letizia …), l’ambiance n’est pas du tout la même, c’est 40°C plus humidité maximum tous les jours !

 

Est-ce que l’université et la ville étaient bien desservies ? (Bus, tram, métro, fréquence, horaires ...)

Le point noir à Bogota c’est qu’il n’y a pas de métro, c’est la seule ville de cette taille (8 millions d’habitants) en Amérique du Sud qui n’en a pas. Il y a des sortes de métro bus qu’on appelle le transmileno qui se veulent des lignes à haute qualité de service mais personnellement je ne l’ai jamais utilisé. Il n’a pas super réputation notamment à cause des vols répétés dans les rames. De plus j’allais tous les jours à pied à l’université et les hauts lieux culturels de la ville étaient également proche de chez moi.

Pour le reste, je prenais systématiquement un taxi, il y en a beaucoup et ils sont très peu chers (environ 10€ pour une course d’une demi-heure). La journée vous pouvez les appeler directement dans la rue, personnellement, je n’ai jamais eu de problème. Si vous savez que vous devez partir de nuit ou que vous rentrez de soirée, il est préférable d’appeler une compagnie de taxi.

Que peux-tu nous dire sur le pays, les habitants et la culture locale ?

La Colombie c’est un peu un condensé de tout ce que peut offrir l’Amérique Latine, tant au niveau culturel que naturel.

C’est un multiculturalisme exceptionnel entre les nombreuses ethnies vivant encore dans les forêts tropicales du pays, la culture antillaise des afro-américains de la côte caribéenne et l’influence coloniale espagnole.

Au niveau archéologique, la Colombie dispose de plusieurs sites témoignant de sa richesse comme la Ciudad perdida de la Sierra Nevada, Santa Marta, la plus vieille ville d’Amérique ou le Museo del Oro à Bogota et la vielle ville de Cartagena.

C’est aussi le pays qui a vu naître le romantisme magique avec l’un des plus grands auteurs du XXème siècle, Gabriel Garcia Marquez. C’est encore un trait d’union entre la plupart des danses et musiques latines : salsa, rumba, bachata, samba, il y a tout ça en Colombie. C’est aussi une cuisine et des produits que vous n’oublierez jamais : rien que pour son ajiaco, son tamal, ses arepas et tous les fruits exotiques que vous ne reverrez jamais en rentrant en France la Colombie vaut le détour.

Enfin, au niveau naturel, c’est l’ouverture sur deux océans, des sommets à plus de 5000 mètres d’altitude pour les fans de randos, une faune et une flore exceptionnelles consacrées sur des sites fabuleux tels que Letizia, la zona cafetera ou le Parque Tayrona. Et puis pour les amateurs de pierres précieuses, vous pouvez aussi vous amuser à aller y dégoter les plus belles et plus fameuses émeraudes du monde.

En bref, un pays qui a vu naître Shakira ne peut pas être autrement que magnifique !

Quels sont les sports les plus populaires ?

De très loin, le football et le cyclisme (en même temps quand on a des gars comme James Rodriguez et Nairo Quintana, c’est dur de faire autrement).

Quels sont les évènements à ne surtout pas rater ?

Je n’ai pas eu l’occasion de le faire car ça ne tombait pas sur la période où j’étais en Colombie, mais l’évènement culturel majeur du pays est sans doute le Carnaval de Barranquilla qui est l’un des plus importants du monde derrière Rio et Venise. Si vous êtes en Colombie au mois de février, ne le manquez pas !

Après il y a la fête des fleurs de Medellin, le festival du cerf-volant à Villa de Leyva ou le Rock al parque de Bogota qui sont des must do.

Qu’as-tu pu visiter ? Qu’est-ce que tu nous conseillerais ?

En dehors de Bogota, Cartagena de los Indias et Santa Marta sont des passages obligés quand on visite la Colombie. Cartagena notamment possède certainement la plus belle architecture coloniale du continent et est un haut lieu de la fête dans le pays. Depuis Santa Marta, vous pourrez partir comme moi pour une semaine de rando dans la jungle à la rencontre des indiens Tayronas et à la découverte, 50 km plus tard de la Ciudad Perdida, sorte de Machu Pichu colombien dont vous n’oublierez jamais le panorama sur la Sierra Nevada.

Une rando dans la zona cafetera s’impose également pour découvrir les magnifiques paysages culturels du café inscrits au patrimoine mondial de l'UNESCO. Je n’ai pas eu le temps de le faire mais on dit qu’une petite visite dans les environs de Letizia, au Sud du pays à la découverte de la forêt amazonienne vaut le détour, de même que la rencontre en haute mer avec les baleines sur la côte pacifique (que j’ai pour ma part rencontrées en Patagonie).

 

COÛT DE LA VIE

 

Quel a été en moyenne et mensuellement le coût de la vie ? Peux-tu nous en donner les détails ? (Nourriture, internet, forfait téléphonique, transport, loisir, vêtement, …)

De manière générale, le coût de la vie est quand même beaucoup moins élevé en Colombie qu’en France. Quelques exemples :

Une formule entrée + plat + boisson dans un resto : environ 4€

Une bière dans un bar : 1€

Une course de taxi d’1/2 heure : environ 10€

Une entrée dans un musée à Bogota : entre 0 et 1€

Une entrée dans une boîte de nuit hyper huppée : 8€

1kg de tomates au marché : 0,50€

Budget alimentation : environ 80€/mois

Loyer : 230€/mois pour une chambre en coloc. Le tarif inclus la connexion internet, l’eau, l’électricité, la machine à laver mais pas le chauffage … parce que n’oubliez pas, il n’y a pas de chauffage à Bogota.

Transport : on va dire 20€/mois de taxi.

Loisirs : voir plus haut les tarifs de consos / boîte, sinon pour le sport c’était gratuit au super centre de l’université.

Cependant, si l’on prend les voyages réalisés dans cette section, c’est dans les loisirs que j’ai dépensé la majeure partie de mon budget d’échange, ce qui doit bien représenter dans les 4000€ pour profiter à fond notamment de 2 voyages qui me tenaient à cœur : l’Argentine et Cuba.

Ensuite, il est préférable en Colombie de rester sur de la consommation locale, on constate rapidement que tout ce qui est cher, c’est ce qui est importé aussi bien en terme d’alimentation (vous n’en reviendrez pas du prix d’une pauvre bouteille de vin rouge du Languedoc en supermarché) que de produits manufacturés. Ainsi, un maillot de foot de la Colombie coûte, autant voire même plus cher sur place qu’en France. Heureusement, les faux maillots hyper bien copiés se vendent pour une bouchée de pain juste à côté des magasins Adidas !

Quelles ont été les dépenses supplémentaires liées à la vie étudiante ? (Assurances, livres, …)

Rien de particulier si ce n’est des vaccins avant de partir. Je vous conseille de partir en ayant au moins fait les 3 hépatites, le tétanos et ROR. Une fois sur place, avant d’aller m’aventurer dans la jungle j’avais également fait le vaccin contre la fièvre jaune.

Pour les livres, ils étaient tous disponibles en bibliothèque donc pas de surcoût.

Coût de la vie comparé à la France ? (+, -, = ?)

Beaucoup moins cher.

Est-il possible de trouver un job à côté des cours ? Est-ce facile ?

En théorie, le VISA étudiant ne permet pas de travailler à côté. Cependant, dans les faits pas mal d’étudiants arrivent quand même à obtenir des petits jobs au black. Notamment, il est assez récurent de donner des cours de français par exemple.

Bénéficiais-tu d’une aide, d’une bourse ou d’un équivalent aux APL ?

Non, j’ai seulement eu l’aide Aquimob.

En tant qu’étudiant, bénéficiais-tu d’avantages ou de promotions ?

Non.

 

CONSEILS, AVIS ET BONS PLANS

Qu’est ce que t’as le plus aimé ?

Le sentiment de liberté que m’ont inspiré ces quelques mois en Amérique du Sud, les rencontres que j’ai pu faire le dépaysement qu’offre ce continent.

As-tu connu des désillusions ou des surprises ? Si oui lesquelles ?

Non pas de désillusion particulière. Pour ce qui est des surprises, oui, tous les jours, donc les énumérer serait un peu long !

As-tu rencontré des difficultés durant ton séjour ? Si oui, comment les as-tu résolues ?

Aucune difficulté particulière. Juste une anecdote, je me suis retrouvé un jour avec un plafond de carte bancaire atteint et donc l’impossibilité de retirer de l’argent en pleine Patagonie argentine, à 1000 km de Buenos Aires ! Heureusement j’ai eu une banquière réactive qui a vite débloqué la situation.

Quels conseils et bons plans donnerais-tu à ceux qui préparent un échange universitaire dans la même université ?

Organisez-vous pour avoir le temps de profiter de la vie et visiter ce fabuleux pays qu’est la Colombie voire d’autres pays du continent autant que faire se peut. Immiscez-vous dans la culture, dans les habitudes, dans cette langue riche et communicative qu’est l’espagnol et n’arrivez pas en terrain conquis. Prenez le temps de regarder, d’écouter comme si c’était la dernière fois que vous viviez ces instants.

Partez également sans préjugés, c’est indispensable pour passer un échange sympathique dans un pays qui jouit d’une aussi mauvaise réputation que la Colombie. Si vous partez avec de la peur ou des craintes vous ne pourrez plus mettre les pieds dehors et ça ne sert pas à grand-chose.

 

CONCLUSION

 

Qu’est-ce que l’échange t’a apporté ? Recommanderais-tu cette expérience à un autre étudiant ?

Il m’a permis de bien maîtriser l’espagnol déjà. Pour l’anecdote, l’une de mes satisfactions juste avant de rentrer en France a été qu’un agent de change cubain me prenne pour un touriste argentin car a priori j’avais l’accent de là-bas.

Il m’a permis de découvrir d’autres méthodes d’enseignement que j’ai trouvé très intéressantes et différentes de ce que nous avons l’habitude d’avoir avec des enseignants plus pédagogues et des étudiants plus attentifs.

J’y ai appris à relativiser beaucoup de choses. Cela fait certainement un peu bateau de dire ça, mais quand on voit les contrastes sociaux des pays en développement, quand on parle un peu avec les gens de leurs espérances et des modes de fonctionnement de leurs institutions, on prend plus de recul sur sa propre situation, et presque un an après c’est un principe que j’applique encore.

Bien entendu que je recommande cette destination pour toutes les bonnes choses que j’ai pu évoquer au fil du questionnaire et aussi pour les plus surprenantes. 

 

Accepterais-tu d’être contacté pour répondre aux questions des étudiants intéressés par cette université ?

Oui.

Please reload

 

INTERVIEW KEDGE BORDEAUX

Programme : PGE 

Nom de l'UP : Universidad de los Andes - Bogota

 

Étudiante : Manon FAUCHEUX

INTRODUCTION

Présente-toi et présente nous ton université partenaire en quelques lignes.

Manon Faucheux, j’ai fait le programme PGE à Kedge Bordeaux et le parcours spécialisé « Management des industries créatives ». J’avais donc un choix restreint d’universités, réservées aux étudiants du parcours.


Pourquoi un échange universitaire et pourquoi cette université ?


Je voulais absolument me servir de mon école de commerce pour faire une expérience internationale. L’échange universitaire m’a permis de partir loin, dans un cadre scolaire, et dans un pays où je ne serais pas partie « seule » pour un stage. J’ai choisi cette université car c’était la seule à proposer des cours à la fois en gestion, management, en histoire de l’art et en développement durable. Le MBA que j’ai intégré là-bas permettait d’aménager un parcours à la carte et donc d’étudier les trois disciplines.
J’ai également choisi le pays car je voulais profiter de mon échange pour partir en Amérique Latine et que seul le Brésil, l’Argentine et la Colombie étaient proposés dans mon parcours. C’était le pays que je préférais des trois.


Comment s’est passée ton arrivée ? As-tu eu une journée d’intégration ?


Je suis arrivée un mois avant tous les étudiants d’échange, et notamment les autres Kedgers, car j’ai pris un mois de cours d’espagnol pendant l’été, proposés par l’université. Nous étions quelques étudiants, mais pas d’autres Français. J’ai logé pendant ce mois dans une famille colombienne, par connaissances interposées, mon intégration a donc été totale et très sympathique dès le départ. Concernant l’université, le groupe des « Hermanos » nous a accueilli comme des rois, avec un tour de l’université, l’attribution d’un parrain et des petits verres de bienvenue. Ils sont particulièrement à l’écoute et toujours prêts à aider, à loger…
 


CAMPUS


Qu’as-tu pensé de ton campus ? Quelles infrastructures étaient à ta disposition ?


C’est un des plus grands campus que j’ai vu, avec plus de dix-sept mille étudiants. Cette
université est la plus prestigieuse (et la plus chère) de Colombie. En plus des dizaines de bâtiments, des salles d’études, des salles informatiques (très pratiques quand on ne souhaite pas emmener son ordinateur à l’université), nous disposions d’un centre sportif de cinq étages, dont l’accès est gratuit, avec une salle de musculation, une piscine, des terrains de sports, des murs d’escalade, et même une vraie salle de jeux vidéo ! Il y a énormément de restaurants universitaires, et comme le campus est situé dans le centre, il n’y a aucun souci pour s’y rendre.


Comment s’est passée ta recherche de logement ? (Recherches sur internet, aide de l’université, agence immobilière)


J’ai donc logé un mois dans une famille, ce qui m’a permis de prendre le temps de chercher un logement sur place. Ensuite, j’ai eu la chance de rencontrer une ancienne Kedgeuse encore sur place, j’ai pu reprendre son appartement. Il n’y a pas de signature de bail, le loyer se paie en cash (compter 150/200 euros par mois).


Où conseillerais-tu de se loger et quels endroits sont à éviter ?


La « City U », la cité universitaire, propose des chambres aux étudiants internationaux qui voudraient vivre sur place. Elles sont situées au sein même du campus. Il y a de nombreux étudiants, les chambres sont modernes et équipées, et l’ambiance y est très bonne. Mais pour une meilleure intégration dans le pays, je recommande de trouver une colocation dans la Candelaria, le quartier historique où se situe l’université. Le quartier est dangereux à la tombée de la nuit (après dix-huit heures trente, prendre un taxi pour tous les déplacements, même les plus courts), mais tous les étudiants y vivent et s’y retrouvent le soir pour faire la fête.
Beaucoup de touristes logent dans le nord, qui est le quartier riche et donc « sûr ». Je ne recommande pas du tout de vivre là-bas, car les transports à Bogota sont un vrai enfer, et que le transport du matin peut vite être de deux heures avec les embouteillages.
Attention cependant :
1/ Prenez des conseils des personnes sur place (anciens étudiants, conseils des « hermanos »), pour ne pas se faire arnaquer par les propriétaires. Comme rien n’est officiel, ils peuvent facilement demander plus d’argent que prévu. Demandez à vos propriétaires de créer un contrat pour le montant du loyer et la caution, afin d’assurer vos arrières. Même s’il n’est pas officiel, j’avais trouvé cela un peu rassurant…
2/ Attention à la « R 10 », la résidence « 10 ». De nombreux étudiants logent là-bas, mais c’est aussi un endroit où les gens font tout le temps la fête, donc à bannir pour ceux qui voudraient du calme. Comme c’est un lieu de résidence très connu pour les étudiants en échange, il est aussi connu par les voleurs… je déconseille donc.

 


COURS


Y-a-t-il un large choix de cours ?


Un très large choix de cours. Vous ne pouvez pas être accepté partout car l’université regarde votre diplôme précédent, mais le parcours à la carte est a priori ouvert sur toutes les branches de l’université (histoire, médecine, art …). Vous pouvez mélanger les cours, j’ai par exemple pris deux cours de gestion, deux cours d’histoire de l’art (j’étais la seule étudiante d’échange dans ce parcours), et deux cours de développement durable.


Qu’as-tu pensé des méthodes d’enseignement ? As-tu noté une différence par rapport aux cours enseignés à Kedge BS ?


La différence majeure est qu’entre chaque cours, il y a des lectures à faire (parfois plus de soixante pages), et que l’on peut être interrogé de manière « surprise » en début de cours. Je recommande de se faire un petit groupe de travail avec des étudiants français dans chaque classe, pour se diviser les lectures et faire des fiches (en français ou en espagnol), qui permettent d’assimiler beaucoup plus vite et de sauver sa peau pour les contrôles surprises. Très clairement, les lectures étant en anglais, ou en espagnol, je ne connais aucun étudiant d’échange qui faisait toutes ses lectures.
De plus, les colombiens adorent parler en classe, et racontent souvent leur vie aux professeurs, ils interviennent énormément. Préparez-vous donc à être sollicité par les professeurs, toujours avec bienveillance et soutien des étudiants locaux si vous cherchez vos mots, ou que vous n’avez pas compris.


Combien d’heures de cours avais-tu en moyenne par semaine ?


Entre dix et vingt heures, c’était très variable selon les semaines, mais il y avait beaucoup de travaux à la maison, et donc de lectures.


Les professeurs sont-t-il disponibles pour répondre aux questions ?


Très disponibles, surtout si vous êtes en échange, ils sont très tolérants et ouverts pour vous aider. Si jamais un professeur n’est pas disponible, un étudiant de la classe se fera le plaisir de vous aider, de vous envoyer ses fiches, ou de vous corriger un devoir.


Quels enseignements as-tu le plus apprécié et pourquoi ?


J’ai particulièrement apprécié le cours de communication, car bien qu’en espagnol, j’ai dû travailler mon éloquence, un exercice particulièrement difficile.
Concernant les cours d’histoire de l’art, je n’ai pas pu prendre de cours générique, comme « Histoire et religion » ou « L’art en Amérique Latine » car c’était des cours de Licence. Les cours de Master sont beaucoup plus spécialisés, et j’ai donc étudié pendant six mois : « L’art Chinois » et « Artistes et architectes pendant la période de l’avant-garde » … c’était beaucoup trop précis pour mes faibles connaissances dans le domaine, et surtout avec un niveau d’espagnol particulièrement élevé.

 


VIE ETUDIANTE


Comment s’organise la vie étudiante sur place ? Est-ce facile de s’intégrer ?


Il est vraiment très facile de s’intégrer grâce aux étudiants « Hermanos », mais aussi parce que plus de 250 étudiants en échange fréquentent cette université, donc on rencontre très facilement des gens. Sur place, les journées sont principalement en cours, ou à la maison / à l’université pour étudier. Ensuite, on sortait presque tous les soirs, pour aller boire un verre ou manger au restaurant (très peu cher). Concernant les voyages, nous nous étions arrangés pour ne pas avoir cours soit le vendredi, soit le lundi et faire de longs weekends à quelques heures de Bogota. Une semaine de vacances est programmée en octobre ce qui permet aussi de prévoir un voyage un peu plus loin.


Quelle langue utilisais-tu le plus pour communiquer ?


L’espagnol exclusivement, j’ai d’ailleurs oublié comment parler anglais. On parlait un peu français quand on était entre amis francophones mais c’est tout. Tous les cours que j’ai choisi étaient en espagnol, mais il me semble que certains étaient en anglais. À savoir que à moins d’avoir un niveau bilingue en anglais et/ou en espagnol, il est très difficile de mélanger les deux une fois qu’on parle espagnol toute la journée là-bas.


Est-il nécessaire d’avoir une bonne maîtrise de la langue ?


Oui, vraiment nécessaire. Si jamais vous ne vous sentez pas au niveau, je recommande les cours d’été que j’ai suivi, qui permettent de commencer le semestre avec déjà l’oreille très habituée, et donc de suivre beaucoup plus facilement les cours.

 


ENVIRONNEMENT


L’université est-elle bien desservie par les transports en commun ?


L’université est desservie par le bus, et le Transmilénio (bus qui roule sur des voies réservées, c’est un peu le tram de Bogota). Mais encore une fois, je ne recommande à personne de devoir prendre les transports en commun le matin, je l’ai fait quand j’habitais dans ma famille, c’est une vraie galère.


Que peux-tu nous dire sur les habitants, la culture du pays ?


Un pays juste incroyable, avec une culture très riche, et des paysages magnifiques dès qu’on sort un peu de Bogota, avec la mer, la jungle (Amazonie), le désert, les forêts, la zone du café (humide)… un seul pays en quatre. Les habitants sont excessivement gentils, aidants et bienveillants.
Cependant, voici quelques conseils avant l’échange (qui peuvent faire peur mais si
vous les appliquez, vous ne risquez rien du tout) :
- Pas de bijoux, signes de richesse (sacs en cuir, trucs qui brillent…)
- Pas de téléphone et même d’écouteurs dans la rue. Si vous avez besoin de téléphoner, rentrez dans n’importe quel commerce et demandez à passer votre coup de fil depuis l’intérieur de la boutique, les commerçants sont habitués et ne refusent jamais.
- Ne jamais sortir à pied la nuit, seul ou à deux. Même en groupe, ce n’est pas très raisonnable, mais je l’ai déjà fait si on était dix. Dès que la nuit tombe, et si vous êtes moins de cinq, prenez un Uber, qui vous coutera un euro cinquante au total.


Quels sont les évènements incontournables ?


Il parait que la fêtes des fleurs à Medellin est incroyable, je ne l’ai pas faite.
Je dirais que c’est surtout des lieux à visiter :
- Diserto de la Tatacoa
- La Guagija (pas la peine d’aller jusqu’en haut, s’arrêter à Cabo de la Vella)
- San Andres pour les amateurs de plongée.

 


COUT DE LA VIE


Quel budget faut-il pour vivre correctement dans ce pays ? Quel était le montant de tes dépenses en moyenne par mois ?


Le loyer est entre 150 et 200 euros. Les courses sont très peu chères, avec un repas à la
maison qui doit revenir à 1,50 euros en moyenne. En revanche, si vous voulez des produits
européens, tels que le fromage, les produits laitiers en général, ainsi que les produits de beauté (gel douche, shampoing, crème), c’est beaucoup plus cher qu’en France.
Un repas au restaurant coûte en moyenne entre 3 et 5 euros. Pour un restaurant luxueux (où on vous tire la chaise et prend votre manteau), comptez 15 euros. Le paquet de cigarettes est à 1,50 euros. Une bière locale, à 0,50 euros le litre… Uber est entre 1,50  et 7 euros la course.


Que penses-tu du coût de la vie là-bas comparé à celui de la France ?


Le coût de la vie est indéniablement moins cher qu’en France.


As-tu bénéficié d’une bourse ou d’une aide financière pour ton échange ?


Non.


Qu’est-ce que tu as le plus apprécié ?

Les voyages à côté des études, les groupes d’amis que je me suis fait là-bas, la vie dans la famille colombienne, avec qui je suis toujours en contact, la générosité et la bienveillance des étudiants locaux.


As-tu eu des déceptions et des surprises ? Si oui, lesquelles ?


Pas vraiment de déceptions, juste une énorme appréhension à l’arrivée, quand on te raconte les histoires de vols, couteau sous la gorge… C’est une réalité qu’il ne faut pas cacher aux étudiants qui veulent partir là-bas, mais si vous respectez les quelques consignes citées ci-dessus comme je l’ai fait, ainsi que tous mes amis, comme à nous, il ne vous arrivera rien.

 


CONCLUSION


Qu’est-ce que t’a appris cet échange ?


La découverte d’un fabuleux pays encore trop mal perçu, avec une population locale extraordinaire. Pour être sincère, je ne retiens des cours que l’entraide entre les étudiants, et la fâcheuse manie des étudiants de toujours intervenir pendant les cours…


Recommanderais-tu cette expérience à un autre étudiant ?


Oui, avec prudence, mais oui.

Please reload

  • Facebook