images.jpg
  • LinkedIn Social Icône

INTERVIEW KEDGE BORDEAUX

Programme concerné : PGE

Nom de l’UP : Pontificia Universidade Católica do Rio de Janeiro

Étudiante : Mathilde KIENY 

INTRODUCTION 

Présente-toi et présente-nous ton université partenaire en quelques lignes.

Je m’appelle Mathilde Kieny, je suis diplômée de KEDGE BS depuis octobre et j’ai effectué le deuxième semestre de ma deuxième année de Master à Rio de Janeiro au Brésil, au sein de la Pontificia Universidade Católica.

Pourquoi un échange universitaire et pourquoi cette université ? 

L’échange universitaire avait beau être obligatoire dans mon cursus (Parcours des Industries Créatives), j’avais toujours eu envie de partir étudier à l’étranger. Le fait d’avoir vu ma grande sœur partir s’épanouir une année complète au Canada lors de ses études m’a très vite conforté dans l’idée de m’ouvrir à d’autres horizons.

Étant d’origine portugaise, j’ai toujours été très attirée par les pays lusophones et si je m’étais dit que le Portugal serait une belle option, ce pays n’était pas compris dans l’offre des universités partenaires. J’ai donc choisi de partir au Brésil, pour plus d’exotisme et pour me tester moi-même. Je n’avais en effet jamais vécu dans un autre pays que la France et cela était un beau moyen d’évaluer mes capacités d’expatriation. J’ai donc d’abord choisi le pays et ensuite l’université pour répondre à un premier critère qui était ma progression en langue et ensuite l’intérêt personnel pour une culture.

Comment s’est passée ton arrivée ? As-tu eu une journée d’intégration ? 

Mon arrivée au Brésil a été folklorique. J’ai pris mon premier long-courrier seule avec escale et j’ai ensuite été accueillie à l’aéroport de Rio de Janeiro par le service de mon université. Une navette-taxi nous a ensuite déposé tour à tour dans nos logements respectifs dans la mesure où ils se trouvaient dans une partie sécurisée de la ville. J’ai ainsi débarqué chez mes colocataires alors inconnues…. en oubliant mon sac à dos dans le taxi. Je ne m’en suis rendue compte que deux heures après et heureusement, j’ai été chanceuse car le chauffeur l’avait déjà déposé chez notre portier. Quelle arrivée !

Un peu plus tard, j’ai eu une journée d’intégration organisée par l’école qui a été un bon moyen de rencontrer les autres étudiants internationaux, de visiter les locaux et surtout, de se familiariser avec les règles élémentaires de sécurité (quelles personnes contacter sur place en cas de problème, zones à éviter, etc.).


 

CAMPUS 

Qu’as-tu pensé de ton campus ? Quelles infrastructures étaient à ta disposition ? 

Mon campus était très vaste et très vert ! Au bout du terrain commence la forêt tropicale de Rio, la Foresta de Tijuca, magique ! Il y avait plusieurs salles d’études, salles informatiques et bâtiments classés par lettre en fonction des matières qui y sont enseignées.

Pour ce qui est des infrastructures sportives… aucune idée mais il y avait un grand théâtre à ciel ouvert et un mini quartier associatif ainsi que de nombreux endroits où déjeuner et se détendre.

Comment s’est passée ta recherche de logement ? (Recherches sur internet, aide de l’université, agence immobilière) 

J’ai eu énormément de chance, j’ai répondu à un post Facebook de recherche de colocation. Après un premier contact par message, j’ai rencontré mes futurs colocataires par Skype et nous avons maintenu contact jusqu’à mon arrivée à Rio. Je n’ai rien payé en avance, je me suis juste engagée sur la durée de mon séjour dans l’appartement ainsi que de payer une caution une fois sur place. J’ai été accueillie par la maman d’une de mes colocataires et j’ai vite compris que j’étais très bien tombée !

Où conseillerais-tu de se loger et quels endroits sont à éviter ? 

Pour une expérience complète, je conseillerais d’habiter entre Botafogo et Ipanema. D’autres quartiers come Jardim Botanico ou Gavea sont très sûrs mais plus résidentiels, ce qui est moins attirant lorsqu’on est étudiant. Pour ma part, j’habitais à Copacabana avec une ligne directe en bus pour me rendre à l’université et c’était parfait. Nos heures de cours étaient rassemblées sur quelques grosses journées donc je pense qu’il est préférable de ne pas prendre un logement pour sa proximité avec l’université mais davantage pour le cadre et le confort qu’il propose.

COURS 

Y-a-t-il un large choix de cours ? 

Oui.

Qu’as-tu pensé des méthodes d’enseignement ? As-tu noté une différence par rapport aux cours enseignés à KEDGE BS ? 

Oui complètement. Personne n’avait d’ordinateur, et rarement de quoi noter. Les cours se font beaucoup grâce à la communication et à la participation. C’est beaucoup plus fluide et moins magistral qu’en France. On ne peut pas ne pas écouter et on est très souvent sollicité pour donner son avis, un exemple, rebondir, témoigner, etc.

Combien d’heures de cours avais-tu en moyenne par semaine ? 

Je dirais vingt-deux heures environ mais avec la possibilité de les regrouper sur plusieurs jours et avec très peu de devoirs à la maison. J’avais cours par exemple le lundi de dix-neuf heures à vingt-deux heures, le mardi et jeudi de neuf heures à dix-sept heures sans pause à midi et le vendredi de neuf heures à onze heures.

Les professeurs sont-t-il disponibles pour répondre aux questions ? 

Oui, on avait leur numéro de téléphone et leur adresse mail. Beaucoup d’étudiants restaient après les cours pour poser des questions.

Quels enseignements as-tu le plus appréciés et pourquoi ? 

Mon cours de littérature brésilienne parce qu'il faisait le lien avec l’actualité du pays et et parce qu'il m'a permis  de comprendre certains éléments clefs de la société brésilienne à travers la poésie, sans difficulté et avec beaucoup de sensibilité.

VIE ETUDIANTE 

Comment s’organise ta vie étudiante sur place ? Est-ce facile de s’intégrer ? 

Il y avait une association qui organisait énormément d'activités (groupe de discussion pour pratiquer le portugais, sorties randonnée , surf, etc.), c’était vraiment super ! En plus, nous étions presque tous en cours en anglais donc on se retrouvait beaucoup entre internationaux. Des liens se sont vite tissés. Il y avait également des soirées organisées sur le campus mais je n’y suis jamais allée.

Quelle langue utilisais-tu le plus pour communiquer ? 

Le portugais mais aussi l’anglais avec d’autres étudiants internationaux.

Est-il nécessaire d’avoir une bonne maîtrise de la langue ? 

Oui et non. Les locaux ne parlent presque pas anglais, encore moins français mais comme le français et le portugais sont assez proches, on peut s’en sortir sans base. De plus, nous avions neuf heures de cours de portugais par semaine imposées par l’université. Couplées avec l’immersion totale dans laquelle nous étions, on progresse vite.

ENVIRONNEMENT 

L’université est-elle bien desservie par les transports en commun ? 

Oui il y avait le métro ainsi que le bus pour nous y emmener. Il y a également beaucoup de Uber pour pas très cher, option que beaucoup d’étudiants en colocation privilégiaient.

Que peux-tu nous dire sur les habitants, la culture du pays ? 

C’était incroyable, j’ai beaucoup appris, j’ai eu la chance de trouver de très bons amis là-bas qui m’ont fait découvrir leur pays et leur culture. Il y a un véritable vent de liberté là-bas.

Quels sont les évènements incontournables ? 

Le carnaval, les randonnées, le surf, la plage, le bar à Bossa Nova.

COUT DE LA VIE 

Quel budget faut-il pour vivre correctement dans ce pays ? Quelles étaient le montant de tes dépenses en moyenne par mois ?

Je dirais tout compris 700€ (400€ de loyer et le reste pour la nourriture, le transport et les extras).

Que penses-tu du coût de la vie là-bas comparé à celui de la France ? 

Il était inférieur mais pas non plus ridiculement différent car Rio De Janeiro est une des villes les plus chères du Brésil et le Brésil un des pays les plus chers d’Amérique Latine.

As-tu bénéficié d’une bourse ou d’une aide financière pour ton échange ? 

Non… Et c’était compliqué du coup !

Qu’est-ce que tu as le plus apprécié ?

 

Mes colocataires !

As-tu eu des déceptions et des surprises ? Si oui, lesquels ? 

Tout n’a été que découverte, c’était les montagnes russes. J’ai cependant été agréablement surprise par le sentiment de sécurité que j’avais. Je n’avais pas peur et je me suis vite sentie chez moi.

CONSEILS, AVIS ET BONS PLANS

Quels derniers conseils donnerais-tu aux futurs étudiants qui partiront avec cet échange ? 

Habiter chez des brésiliens ! C’est une expérience unique, vous vous ferez des amis à la vie à la mort et vous découvrirez une ville complètement différente de ce que les touristes voient !


 

CONCLUSION 

Qu’est-ce que t’a appris cet échange ? 

M’ouvrir, oser et me faire confiance.

Recommanderais-tu cette expérience à un autre étudiant ?

Oui, oui et encore oui !