INTERVIEW KEDGE MARSEILLE

Nom de l'UP : INCAE Business School

Étudiante : Adèle CHARBONNIER

CADRE

 

Dans quel programme es-tu ? Fais-tu un double diplôme ?

 

ESC Master 2 en 2015-2016. Pas de double-diplôme.

Je suis partie en université partenaire à l’INCAE Business School (Costa Rica), d’août à décembre 2015.

 

Pourquoi avoir choisi de partir en université partenaire ? Et pourquoi cet établissement en particulier ?

 

Je suis partie en UP car étant engagée dans un contrat d’apprentissage sur mes deux années de master, je ne pouvais pas effectuer de stage à l’étranger. Il n’était pas non plus envisageable pour mon entreprise de m’expatrier durant 4 mois, puis avoir quand même une période d’école de 4 mois à Marseille. J’aurais été absente le double du temps.

 

Quels sont les documents pour partir dans cette université et les procédures à suivre ?

 

Voici les documents que j’ai envoyés à l’école avant mon départ :

 

  • Preuve d’assurance santé complète (maladie, décès, rapatriement)

  • Photocopie du passeport (valide bien après la date de sortie du pays)

  • CV à jour

  • Relevé de notes

L’inscription est assez simple et est gérée avec la responsable zone Amérique latine à KEDGE. La responsable des exchange students de l’université prend rapidement contact avec nous, on a une boîte mail spécifique créée avant le départ et les documents nécessaires sont explicitement demandés. Il faut aussi payer à l’avance le logement, certains repas…etc. via une plateforme en ligne (une notice est envoyée avant le départ).

 

BUDGET

 

Quel est le budget pour le voyage ?

 

Le coût des billets d’avion est très variable. En les prenant un mois avant le départ et en période de vacances, j’ai payé 1100€ aller-retour. Je suis partie avec 500€ sur moi et je retirais environ 500€ tous les mois (logement et repas non inclus).

 

Quel est le budget approximatif par mois ? (Logement, nourriture, sorties, etc) Comment juges-tu le coût de la vie en comparaison avec la France ?

 

Le coût de la vie au Costa Rica est élevé, c’est le pays le plus cher d’Amérique latine. Pour des courses ou au restaurant, compter le même prix qu’à Paris. Les vêtements sont encore plus chers qu’en France.

 

Voici une estimation des coûts faite par INCAE :

 

- Electronic Materials $72.00 par cours (3 à 5 cours par période de deux mois)

- Logement $16.00 par nuit

- Repas $9 chacun (possibilité de cuisiner dans les maisons donc pas besoin de manger au self tout le temps)

- Electricité $20 par mois environ

- Eau $10 par mois environ

- Facultatif : laverie ($12 par sac à linge)

- Serviettes et draps $100 par semestre (ou emmener les siens)

- Loisirs $200 par mois

 

Donc environ $1000 par mois.

 

UNIVERSITÉ

 

L’université t’aide-t-elle à t’installer ? (Aide au logement, pôle accueil …)

 

Les étudiants vivent tous sur le campus, dans des maisons de 8 (non mixtes). Dans chaque maison, il y a 4 chambres de 2. Les étudiants étrangers sont répartis dans les maisons pour une meilleure intégration (et prennent les places de ceux d’INCAE qui sont eux-aussi partis en échange). C’est donc assez confortable de ne pas avoir à chercher de logement.

Les échanges par mail avec l’école avant le départ sont fréquents et ils répondent rapidement. On fait même connaissance avec nos futurs colocataires avant le départ.

Le premier jour, une présentation est faite aux étudiants en échange par la responsable des programmes.

 

Quelles sont les spécificités/spécialités de ton université ?

 

C’est une université très pointue avec des professeurs renommés. Elle a été créée par Harvard pour s’implanter en Amérique latine, et est réputée dans tout le monde latino-américain. C’est la meilleure école de commerce d’Amérique latine. On a donc des professeurs d’Harvard qui viennent assurer des cours. C’est passionnant !

 

Y-a-t-il une différence au niveau des méthodes d’enseignement par rapport à KEDGE Busines School ? (Charge de travail, heures de cours, etc.)

 

Le rythme de travail est soutenu. Moi qui suis passée par une classe prépa, j’ai remis à profit certaines méthodes de travail (dont celle de lire le plus vite possible), mais ce n’est pas du tout la même ambiance donc cela passe mieux.

 

Les cours sont beaucoup plus interactifs, il y a d’ailleurs des notes de participation et lever la main à chaque cours est presque nécessaire.

 

Par contre les professeurs sont accessibles, certains vivent sur le campus également. Ils ont un bureau chacun et on peut prendre rendez-vous si on a besoin d’aide.

 

Les journées sont différentes selon les cours choisis. On peut avoir 8h de cours ou rien du tout, ou 3h…etc. C’est très variable. Mais il m’est souvent arrivé d’avoir des journées libres ou même des semaines entières. Par contre il y a de nombreux projets de groupe donc il faut aussi savoir gérer le travail en dehors même si on n’est pas en amphi.

 

Quelles sont les activités/sports organisés par l’école ?

 

Il y a une salle de sport à disposition gratuitement sur le campus, avec du matériel de musculation, des vélos d’appartement…etc.

Certains se retrouvaient également pour faire du fitness le matin.

 

Niveau activités, ce sont les étudiants qui organisent. Il y a des associations, et une soirée tous les samedis soirs au moins. Il y a une salle dédiée pour les fêtes sur le campus.

 

GUIDE PRATIQUE

 

Quelles sont les « bon plans » que tu recommandes (sorties, visites, etc.) ?

 

Prévoir des weekends avec les autres étudiants en échange est un bon moyen de découvrir le pays. Même en moins d’une journée il est possible de partir. Le campus dispose d’une agence de voyages, et on peut louer des voitures assez facilement, qui sont directement amenées et reprises sur le campus. Le volcan Poas par exemple est tout près de l’école et se visite en une demi-journée. Il y a aussi la plage de Jaco qui n’est pas très loin.

 

Sinon, il y a un grand centre commercial à Escazu, une commune à côté de l’école. C’est un quartier assez moderne et il y a de nombreux restaurants (dont un de hamburgers plébiscité par les étudiants en échange).

 

En ayant un peu plus de temps, il y a des lieux incontournables :

 

  • Manuel Antonio

  • Tamarindo

  • Région du Limon

  • Puntarenas

  • Tortuguero

  • Arenal

 

Dans quel quartier habitent les étudiants en général ? Quels quartiers éviter ?

 

Tous les étudiants ont l’obligation de vivre sur le campus.

 

Le campus est très excentré donc généralement personne ne sort seul, on fait des escapades en voiture. Rien que pour faire les courses les covoiturages s’organisent. Mais on reste assez mobiles car il y a une voiture environ par maison, et sinon on peut prendre le bus.

 

Comme partout, il faut éviter de se promener seul le soir et ne pas montrer des choses de valeur. Mais je ne me suis jamais sentie en insécurité.

 

L’université est-elle loin du centre-ville ?

 

Oui, 20 min en voiture, 1h en bus.

 

Quels sont les moyens de transport généralement utilisés par les étudiants pour se déplacer dans la ville et aller à l’établissement ? Quel transport utilises-tu ?

 

Pour aller en ville, la voiture.

 

CULTURE

 

Quelles sont les raisons qui t’ont poussé à choisir cette destination ?

 

Je rêvais d’aller en Amérique latine, et je voulais à la fois travailler mon espagnol et mon anglais.

 

Qu’est-ce qui t’as le plus marqué lors de ton arrivée sur place ? (Habitudes, culture, etc.)

La manière de vivre très particulière des costaricains (“pura vida »). C’est un peu hakuna matata, ils vivent au jour le jour et profitent de l’instant présent sans s’inquiéter. Ils ne sont pas dans le long terme et ne font pas d’économies en général.

 

Quels éléments typiquement locaux as-tu apprécié ? (Nourriture, monument, coutume, etc.)

Je me suis surprise à adorer la banane plantain dorée au four avec du fromage fondu par-dessus. Il faut essayer !

J’ai adoré le parc national Manuel Antonio, l’eau turquoise, le sable blanc, les paresseux et les singes à portée de main… Le rêve !

Niveau coutume, j’ai trouvé très drôles leurs soirées. Le samedi soir, les gens se rassemblent dans des maisons puis se retrouvent tous au hardbar (la salle réservée aux évènements). Les gens dansent sur des rythmes latino, généralement 2 par 2 (fille/garçon). C’est très différent des soirées françaises, et surtout kedgiennes.

 

Comment s’est déroulée ton intégration au sein de l’université ?

 

Très bien, je me suis tout de suite intégrée dans ma maison avec mes colocataires. Le fait que KEDGE impose de parler espagnol facilite grandement les choses, alors que la majorité des étudiants en échange avec moi ne le parlaient pas.

On avait aussi un bon groupe avec les étudiants en échange et on partait en weekend tous ensemble.

 

Qu’est-ce qui t’as le plus manqué, que tu ne retrouves pas là-bas ?

 

La « pura vida ». J’ai repris le travail le lendemain de mon retour en France. L’effet pays tranquille => métro parisien était très perturbant. On a encore plus l’impression que les gens se stressent pour des choses futiles.

 

COMMUNICATION

 

Quelle est la vision des habitants locaux sur les français ?

 

La vision du Français est bonne, le Costa Rica et la France entretiennent de bonnes relations. On m’a ressorti tous les clichés mais c’était assez sympa, j’ai eu droit à un « you’re so French » à chaque fois que je sortais une marinière, une bouteille de vin ou un morceau de pain. Mais en fait, la nationalité ne change pas grand-chose, puisque la majorité des étudiants viennent d’autres pays d’Amérique latine. Tout le monde est un peu « étudiant étranger ».

 

As-tu réussi à nouer des liens avec des locaux ? Avec d’autres étudiants internationaux ? Ou avec d’autres français d’autres écoles ?

 

Les étudiants sont très accueillants et ont l’habitude d’accueillir quelques exchange students privilégiés chaque année. On est donc remarquablement bien accueillis.

 

Je suis aussi partie pendant les attentats du Bataclan, et j’ai reçu de nombreuses marques de sympathie, autant des élèves que des professeurs. Tout le monde est vraiment bienveillant et attentionné.

 

J’essaie de garder des nouvelles de mes colocataires (3 péruviennes, 1 guatémaltèque, 1 panaméenne et 1 équatorienne).

Il y a également un ami costaricain que j’ai connu à INCAE que j’ai pu revoir à Paris, car il est venu en échange à l’ESCP début 2016, juste après mon retour en France.

J’ai aussi noué des liens d’amitié avec des européens en échange comme moi, et je vais bientôt revoir une amie belge que j’ai connue à INCAE.

 

CONCLUSION

 

Comment décrirais-tu ton expérience en trois mots ?

 

Epanouissement – ouverture d’esprit - découverte.

 

Voudrais-tu retourner dans ton pays d’expatriation ?

 

Oui oui oui !

 

Quels conseils donnerais-tu avant de partir ?

 

Prendre de la crème solaire, des bottes en caoutchouc, un anti moustiques (pas nécessaire à l’école) et partir l’esprit ouvert.

 

Conseillerais-tu cette université pour un échange ?

 

Absolument.

  • Facebook Social Icon