suffolk logo
SuffolkNewsFeature1200x800

INTERVIEW KEDGE MARSEILLE

Programme concerné : IBBA

Nom de l’UP : Suffolk University - Boston

Étudiante : Pauline CÉLIBERT

INTRODUCTION 

Présente-toi et présente-nous ton université partenaire en quelques lignes.

Je m’appelle Pauline Célibert, je suis en quatrième année du programme IBBA. J’ai fait ma première année à Marseille et je suis ensuite partie à Paris faire mon stage en entreprise. Par la suite, j’ai réalisé mon premier échange universitaire d’un an à Boston à l’université Suffolk. Le campus est en centre-ville.

 

Pourquoi un échange universitaire et pourquoi cette université ? 

 

J’ai décidé de partir aux États-Unis car je savais que cela pouvait être une bonne expérience. Quant à cette université, je l’ai choisi surtout pour les cours qu’elle proposait : je voulais que ceux-ci me plaisent. Un autre critère a été sa situation géographique, en plein centre-ville, car  j’avais connaissance du caractère excentré des autres universités partenaires proposées par Kedge aux États-Unis.

 

Comment s’est passée ton arrivée ? As-tu eu une journée d’intégration ? 

 

Oui, j’ai eu une ou deux journées d’intégration mais elles se sont faites entre exchanges. Nous étions une quinzaine. Sinon, il y avait une journée dédiée aux associations et chaque mois, un dîner avec tous les exchanges. Nous avions aussi un « buddy », un étudiant américain qui faisait office de parrain ou de marraine.

 

 

CAMPUS 

 

Qu’as-tu pensé de ton campus ? Quelles infrastructures étaient à ta disposition ? 

 

Le campus est composé de trois bâtiments proches les uns des autres : deux sont réservés au commerce et un au droit. Il y a une salle de sport, et des résidences universitaires accessibles à pied. La mienne était bien mais l’inconvénient était qu’il n’y avait pas de cuisine. J’étais donc dépendante des repas à la cafétéria. Sinon, je partageais mon appartement avec une autre personne, mais dans certains étages, des chambres seules sont disponibles.

 

Comment s’est passée ta recherche de logement ? (Recherches sur internet, aide de l’université, agence immobilière) 

 

L’université m’a aidée dans ma recherche de logement en m’envoyant tous les documents dont j’avais besoin pour habiter dans une résidence étudiante. J’ai pu ensuite choisir quel type de chambre je désirais. Comme j’étais la seule de Kedge à partir dans cette université, je n’ai pas fait de colocation. Je ne voulais pas non plus prendre un appartement toute seule, cela ne m’aurait pas permis de faire des rencontres. 

 

Où conseillerais-tu de se loger et quels endroits à éviter ? 

 

Il n’y a pas vraiment d’endroit à éviter mais il faut savoir que les logements aux États-Unis sont relativement chers. Pour avoir une idée, les loyers en centre-ville sont au même prix qu’à Paris. Je vous conseille donc les résidences étudiantes et j’ai appris qu’il y avait maintenant une cuisine, une salle de bain et une machine à laver dans les appartements. Une colocation en centre-ville peut aussi être une bonne solution.

 

 

COURS 

 

Y-a-t-il un large choix de cours ? 

 

Oui, j’ai pu choisir des cours dans n’importe quel domaine, tant qu’ils étaient reliés à la gestion. Cependant, des prérequis étaient demandés : si vous n’avez pas fait de comptabilité avant, vous ne pourrez pas prendre ce cours. Je devais d’ailleurs envoyer les syllabus des cours que j’avais effectué en première année. En revanche, j’ai apprécié que tous les cours que j’avais choisi grâce aux prérequis soient différents des cours que j’avais eu précédemment.

 

Qu’as-tu pensé des méthodes d’enseignement ? As-tu noté une différence par rapport aux cours enseignés à Kedge BS ? 

 

Les professeurs étaient géniaux et donnaient des cours de très grande qualité. Ils étaient très attentifs et j’ai trouvé que les étudiants étaient plus encadrés qu’à Kedge. Les méthodes d’enseignement sont assez différentes puisque là-bas je travaillais grâce à des livres. A la maison, je devais prendre des notes à partir de mes livres et en cours il n’y avait pas de Power Point : nous posions nos questions et le professeur expliquait un peu le cours si nous ne comprenions pas certains points.

 

Combien d’heures de cours avais-tu en moyenne par semaine ? 

 

J’ai pu choisir le nombre d’heures de cours que je désirais. Au premier semestre, j’avais quatre cours de trois heures et au deuxième semestre, cinq cours de trois heures (sinon je n’avais pas le bon nombre de crédits). En tout, j’avais quatre jours de cours par semaine. La charge de travail n’était pas excessive même si j’avais des devoirs et des contrôles continus. Vous avez le temps de voyager si vous vous organisez bien.

 

Les professeurs sont-t-il disponibles pour répondre aux questions ? 

 

Oui, il y a des « office hours » : les professeurs sont disponibles dans leurs bureaux et les étudiants peuvent venir leur poser des questions quand ils le souhaitent. Nous pouvions même demander leur numéro de téléphone.

 

Quels enseignements as-tu le plus appréciés et pourquoi ? 

 

J’avais pris des cours de finance, de comptabilité et d’économie et tous ces cours étaient très bien. J’étais très satisfaite sauf pour un seul cours, où j’ai eu l’impression que le contenu était le même au premier et au deuxième semestre.

 

 

VIE ETUDIANTE 

 

Comment s’organise ta vie étudiante sur place ? Est-ce facile de s’intégrer ? 

 

C’était mon premier échange à l’étranger et l’intégration avec les autres exchanges du premier semestre a été plus difficile qu’avec ceux du deuxième. Je suis quand même partie en voyage à New-York avec eux, mais j’ai eu plus d’affinités avec les personnes présentes au deuxième semestre. J’étais tout le temps avec eux, on sortait, on allait au musée, on visitait… Sinon, les associations de l’université proposaient également des activités.

 

Quelle langue utilisais-tu le plus pour communiquer ? 

 

C’est l’anglais que j’utilisais le plus. Lors du premier semestre, je parlais un peu français avec un autre étudiant venu de France et lors du deuxième semestre, je parlais un peu espagnol avec des exchanges.  

 

Est-il nécessaire d’avoir une bonne maîtrise de la langue ? 

 

Oui, il est quand même nécessaire d’avoir une bonne maîtrise de l’anglais. On réfléchit et parle en anglais et au début c’est un peu difficile, surtout avec l’accent américain qui fait que les mots sont moins bien articulés. Il ne faut pas hésiter à demander de répéter, les gens sont compréhensifs et répètent sans souci.

 

 

ENVIRONNEMENT 

 

L’université est-elle bien desservie par les transports en commun ? 

 

L’université est très bien desservie. Elle est à quelques arrêts de métro de l’aéroport. Il y a aussi des bus, des taxis, Uber…

 

Que peux-tu nous dire sur les habitants, la culture du pays ? 

 

J’ai dû me faire à la culture américaine, la nourriture française m’a manquée. Je ne pouvais pas cuisiner et j’étais donc dépendante de ce qu’il y avait à la cafétéria. Les étudiants locaux sont intéressés par les exchanges mais les relations ne sont pas très approfondies. En revanche avec les autres exchanges, je me suis très bien entendue, il y avait aussi de l’entraide entre les étudiants français et américains. Sinon, je n’ai pas eu de problème avec les commerçants et les locaux.

 

Quels sont les évènements incontournables ? 

 

Les événements incontournables sont les repas culturels organisés par l’école. Je me souviens d’un repas indou. Les nombreux matchs de basketball, de football américain, de Super Bowl et de baseball sont aussi à ne pas manquer. Une grande parade était organisée en l’honneur de la victoire des Red Sox, l’équipe de baseball de Boston. Le marathon est aussi un grand évènement dans la ville. La visite d’Harvard est également à faire puisque la célèbre université n’est vraiment pas loin de Boston. Il y a vraiment beaucoup de choses à faire dans l’État du Massachusetts.

 

 

COUT DE LA VIE 

 

Quel budget faut-il pour vivre correctement dans ce pays ? Quelles étaient le montant de tes dépenses en moyenne par mois ? 

 

En moyenne je dépensais entre 500€ et 700€ par mois. Les coûts des voyages pour aller à Montréal ou à New York par exemple, sont peu chers mais la vie sur place l’est : le prix du logement en centre-ville, le budget alimentation, le prix de certains matchs… sont assez élevés. C’est donc la partie loisir qui est onéreuse, car pour profiter aux États-Unis, il faut être conscient du coût de la vie. J’ai également payé une assurance dont le prix s’élevait à 2500€. C’est assez compliqué de trouver un travail en étant exchange. En fonction du type de VISA, un employeur te recrute ou non, mais je crois que ce n’est pas plus de dix-sept heures par semaine.

 

Que penses-tu du coût de la vie là-bas comparé à celui de la France ?

 

Les transports sont moins chers, la nourriture aussi sauf les légumes qui sont assez coûteux, tout comme les loyers.

 

As-tu bénéficié d’une bourse ou d’une aide financière pour ton échange ? 

 

Non, je n’ai pas bénéficié d’une bourse mais je m’étais renseignée : seuls les étudiants internationaux qui font entièrement leurs études à l’étranger bénéficient d’une bourse d’environ 15000$ par an. 

 

Qu’est-ce que tu as le plus apprécié ? 

 

La vie aux États-Unis… c’est vraiment l’American Dream. Je dépensais, je voyageais pour pas cher à Chicago, je suis allée plusieurs fois à New York, lors du Spring Break d’une semaine je suis partie à San Diego, pendant Thanksgiving j’étais à Toronto et à Montréal… Il y a énormément de choses à faire, il faut vraiment en profiter, si je pouvais y retourner j’y retournerais c’est sûr ! J’ai aussi beaucoup apprécié de rencontrer plein d’exchanges, sur place, dans la résidence et dans les soirées.

 

As-tu eu des déceptions et des surprises ? Si oui, lesquels ? 

 

Ma seule déception a été un problème de colocation. Je devais partager ma chambre avec une autre étudiante, mais elle n’était pas très respectueuse, nous ne nous entendions pas très bien. Sinon, le problème de dépendance à la cafétéria n’était pas vraiment une déception, mais plutôt un inconvénient.

 

 

CONSEILS, AVIS ET BONS PLANS

 

Quels derniers conseils donnerais-tu aux futurs étudiants qui partiront avec cet échange ? 

 

Je vous conseille de bien choisir vos cours et je vous avertis du coût de la vie : les livres, les frais d’assurance, la résidence étudiante, les dépenses « loisirs »… En revanche, vous allez avoir la possibilité de voyager partout pour pas cher et vous allez rencontrer des personnes superbes. Il ne faut pas forcément rester dans sa chambre ou faire de colocation, il faut sortir pour avoir une vraie ouverture internationale.

 

 

CONCLUSION 

 

Qu’est-ce que t’a appris cet échange ? 

 

Ce premier échange m’a appris l’adaptation à une autre culture. On pense que la culture américaine est similaire à la nôtre mais pas tellement. La nourriture et l’état d’esprit sont différents. En France, les étudiants sont plus tranquilles, aux États-Unis, ils travaillent pour atteindre le maximum et recevoir un A+. Il y a un réel esprit de compétition. Le rapport à l’argent omniprésent m’a un peu dérangé. Les étudiants sont obnubilés par leur futur salaire. 

 

Recommanderais-tu cette expérience à un autre étudiant ?

 

Oui, il faut vraiment partir aux États-Unis une fois dans sa vie ! Il faut passer outre la politique de Donald Trump, cela ne va pas ruiner votre échange, vous allez vivre quelque chose de complètement différent que vous ne revivrez peut-être jamais. Les États-Unis c’est un autre monde, il faut y aller.

  • Facebook Social Icon

1/5